ile rodrigues randonnées

La réserve naturelle des tortues géantes par Aurele et Arnaud

L'inauguration officielle de la réserve a eu lieu le 14 Juillet 2007
OBJECTIFS

a) La création d'une réserve naturelle dans la plaine calcaire de Anse Quittor
b) L'introduction des tortues géantes dans la réserve
c) La préservation et la gestion des cavernes qui se situent sur le site du projet.

LA PHILOSOPHIE DU PROJET

Le projet se veut un amalgame écologique et économique, c'est donc un projet d'écotourisme.
Rodrigues est une des iles la plus écologiquement dégradée dans le monde.La flore et la faune endémiques et indigènes ont presque disparues. Heureusement, ces dernieres années, avec le travail remarquable accompli par l'équipe de la WWF rodriguaise et son manager Richard Payendee , il y a eu une nouvelle prise de conscience de l'importance de l'environnement naturel et original de Rodrigues. Le projet viendra apporter son concours pour l'intensification de cette vaste entreprise de conservation de la flore et faune endémique et indigene de l'ile.
Sur le plan économique, le projet accueillera des visiteurs étrangers et locaux qui auront le loisir et le plaisir d'apprécier tous les aspects du site moyennant un frais d'entrée.


Anse Quittor

des rochers à l'ombre pour nicher

Tout projet de restauration et de conservation écologique serait incomplet sans un volet pédagogique.
Le projet agira donc aussi comme un centre de recherche dans les domaines suivants:
les sciences naturelles , l'histoire , la science géologique.

petit Neils prête sa casquette....

LA MISE EN OEUVRE DU PROJET

1) L'amménagement du site

La superficie du site s'étend sur 18ha et 7070 m2.
Les bâtiments qui abriteront entre autre l'administration, le staff technique et les "nurseries" des tortues, un atelier pour l'artisanat , occuperont seulement un hectare du site.
Cela indique que le projet
est essentiellement un projet de création d'une réserve naturelle. D'ailleurs tous les bâtiments seront construits sur pilotis , afin de préserver au maximum la nature du sol de l'emplacement.
Le projet fera tout pour respecter et préserver les aspects calcaires qui sont trés intéréssants.
Les cavernes sont les plus connues des caractéristiques d'un site calcaire, mais il y a d'autres caractéristiques moins connues comme les "Grikes", les "Karst Pinnacles
"* ou les "Spitzkarren" que le projet mettra en valeur pour le plaisir des visiteurs.
( Karsts :roches calcaires formant d'épaisses assises, et résultant de l'action, en grande partie souterraine, d'eaux qui dissolvent le carbonate de calcium) .

 
Arnaud et ses protégées

2) La restauration de la flore avec la Wildlife Foundation

Initialement , le projet avait prévu de commander 75000 plants endémiques et indigènes de Rodrigues pour refaire la forêt à Anse Quitor , mais nous avons réalisé qu'il en faudrait bien plus...donc nous étudions avec Wildlife la possibilité de commander 75000 autres plants.
La technique de plantation est trés scientifique car nous plantons d'une manière trés dense, une dizaine de de plantes au mètre carré. Pour indication, après une année,nous avons des plantes qui atteignent 1m50 , alors qu'à la plantation elles étaient à peine à 30 cm. La possibilité de créer un herbier est à l'étude.

3) La faune de Rodrigues

Les premiers résidents de l'île, avaient le privilège inoui de découvrir une faune trés riche, entre autre le fameux oiseau Solitaire (ossements visibles à la réserve Wildlife de grands-montagne), au moins deux espèces de tortues géantes de terre, des tortues de mer,
Lamantins, les Dudongs , une grande variété d'oiseaux, le Rale de Rodrigues,le perroquet bleu de Rodrigues, des lézards géants aussi longs et gros qu'un bras d'homme.
L'extinction des tortues à rodrigues,fut le résultat d'un commerce excéssif entre Réunion et Maurice dans les années 1732-1771. En 40 ans, le nombre de tortues exportées de Rodrigues fut environ de 230,000 unités.
La dernière tortue répertoriée dans la nature à Rodrigues, le fut en 1794 par Philibert Maragon et la dernière tortue endémique de l'île mourut à Maurice en 1829.
Le projet réintroduira deux éspèces de tortues dans la réserve,qui en terme scientifique seraient des analogues des tortues endémiques rodriguaises.
Geochelone peltastes-Geochelone radiata de Madagascar
Geochelone vosmaeri-Geochelone gigantea d'Aldabra
Nous estimons que le site vue sa superficie peut accueillir une population de mille tortues.


LE VOLET HISTORIQUE DU PROJET

Le projet compte aménager trois musées sur le site:

a) Un musée d'histoire naturelle avec l'exposition de vrais spécimens de la faune.
b) un musée de la géologie calcaire de Rodrigues.
c) un musée de l'histoire du peuplement de Rodrigues
d) un espace d'exposition des papillons et insectes de Rodrigues.
e) un centre de documentation (archives): Le centre de documentation Alfred North Coombes

LE VOLET RECHERCHES

C'est notre souhait d'attirer les chercheurs et les étudiants sérieux sur le site de la réserve.
Eventuellement, nous pensons à y abriter un herbier.

BIRD WATCHING ( Points d'observation des oiseaux)

Le site permettra éventuellement de dévelloper une activité sélective
mais hautement agréable aux passionnées de "Bird watching"
(observation des oiseaux)
Anse Quitor étant un lieu de prédilection pour cette activité.



<--------------- photo d'un Paille en queue

LA CONSERVATION ET LA GESTION DES CAVERNES

Il y a plusieurs cavernes et grottes sur le site.
a) caverne Tamarin ou Grande Caverne, dont l'entrée fait 6 metres de haut sur 20 m de large et 490 m de long.
b) caverne Mapou : 90 mètres de long
c) caverne L'Affouche : 190 mètres de long
d) caverne La Vierge : 205 mètres de long
e) caverne Poule Rouge, nouvellement découverte.

Caverne Tamarin et caverne La Vierge seront éventuellement ouvertes aux visiteurs, mais sous des conditions trés stictes suivant les principes établis par les professionnels dans le domaine de gestion des cavernes.
Les autres cavernes seront réservées strictement pour la recherche scientifique.


entrée d'une grotte

grotte
Coût initial du projet : environ Rs 3 m

Contactez nous pour la visite de la réserve avec notre ami Arnaud

Retour